Au Maroc et en République démocratique du Congo, des formateurs continuent de renforcer leurs compétences en observation et analyse des pratiques 

Le Groupe Thématique d’Expertise (GTE) 1: “Professionnalisation des acteurs” a imaginé une formation dense mais complète qui permet de balayer tous les aspects essentiels de la démarche d’observation et d’analyse des pratiques enseignantes (OPE). Les participants s’engageant dans cette formation feront partie d’un noyau d’experts qui accompagnera les encadreurs nouvellement recrutés et qui renforcera les compétences de celles et ceux déjà en poste. Point d’étape sur deux formations menées au Maroc et en RDC.


Rendre le métier d’enseignant moins solitaire 


Il est fréquent qu’un enseignant se sente seul, voire isolé dans son métier. De la préparation de cours au face-à-face avec les élèves, l’enseignant peut se sentir démuni face aux difficultés pédagogiques rencontrées.  

En suivant la démarche d’observation et d’analyse des pratiques enseignantes (OPE), le formateur peut offrir à l’enseignant un espace pour parler de ses difficultés professionnelles, et les analyser. L’analyse de ses propres pratiques permet à l’enseignant d’intégrer de nouvelles compétences en partant du contexte de travail actuel, là où les savoirs s’exercent vraiment, au quotidien. 

Pour accompagner au mieux les enseignants, des formateurs se sont engagés dans un parcours de formation couvrant trois domaines d’expertise : l’ingénierie de formation des cadres de l’éducation, la formation des formateurs et la recherche en éducation et formation. Au Maroc, ce ne sont pas moins de 40 formateurs qui ont été sélectionnés pour suivre 10 ateliers de formation qui leur permettront de devenir experts dans ce domaine.  


Du 21 au 25 mars 2022, à Casablanca, Marguerite Altet et Yann Vacher, respectivement coordinatrice et membre du GTE 1, ont animé leur cinquième atelier de formation, afin de conforter les notions et les enjeux de la démarche d’APP. Ils ont bénéficié des éclairages d’Abdesselam Mili, Ex-Directeur du Centre Régional des Métiers de l’Éducation et de la Formation (CRMEF) de Casablanca-Settat. 



Au même moment, en République démocratique du Congo, Victoire Fomekong Kenne, inspecteur pédagogique national, Chef de Section de l’Enseignement Normal Général au Cameroun, et Laurent Talbot, Maître de conférences au département des sciences de l’éducation à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, et membre du GTE 1, ont retrouvé une quarantaine d’encadreurs pédagogiques, afin de poursuivre leur formation.  

Cet atelier s’inscrit en effet dans le prolongement de la première activité, qui visait à présenter la démarche d’observation et d’analyse des pratiques enseignantes. Cette deuxième session a eu pour but de préparer les participants à mener des enquêtes de terrain sur les pratiques de classe dans un échantillon d’écoles, selon une méthodologie d’observation. 

Actualités

Journée internationale de l’alphabétisation : mieux former pour des résultats ancrés dans le temps

Bénin Cameroun Congo Union des Comores Tchad Niger Mauritanie Mali Gabon GTE 5 Lecture-écriture

[Vidéo] Cameroun : des encadreurs contribuent à la prise en charge des difficultés mathématiques des élèves et des enseignants 

Cameroun Didactique des mathématiques

[Vidéo] Burundi : Validation des modules de formation pour les enseignants 

Burundi Formation continue Français ressources sciences

Tchad : élaboration de référentiels pour les encadreurs pédagogiques 

Tchad Encadreurs pédagogiques Formation continue