La présente étude vise notamment la connaissance des facteurs institutionnels, scolaires et extra-scolaires qui entravent ou favorisent la transition des apprenants entre l’école et le collège.


Méthodologie

Cette étude multicentrique combinera les approches qualitative et quantitative dans la collecte et l’analyse des données. L’approche comparative est retenue pour identifier les similitudes et les divergences dans la transition école-collège entre les pays de l’étude. 


Activités prévues

Dans le cadre de cette étude, les activités sont :

  • Identifier les causes institutionnelles qui freinent la transition école-collège ; 
  • Déterminer les raisons socio-économiques des familles qui limitent la transition école- collège ; 
  • Identifier les stratégies d’adaptation des élèves de 6e ; 
  • Identifier les pratiques enseignantes facilitant la transition école-collège ; 
  • Montrer l’effet de la répartition spatiale des collèges et des ratios d’encadrement sur la transition école-collège ; 
  • Analyser les réponses institutionnelles pour l’amélioration de la transition école-collège, particulièrement pour les filles du milieu rural et les apprenants à besoins spécifiques/en situation de handicap ; 
  • Examiner la participation des partenaires (familles, élus, communautés …) dans l’organisation de la transition école-collège. 

Résultats attendus

Cette démarche vise la contribution à l’identification des pratiques enseignantes facilitant la transition école-collège ;  Elle souhaite également participer au renforcement des capacités des praticiens en éducation en matière de recherche universitaire et permettre aux chercheurs (universitaires) de connaître les approches institutionnelles d’évaluation des pratiques enseignantes ainsi que les démarches de l’orientation et du conseil en milieu scolaire ;  Cette étude souhaite faire un pont entre la recherche universitaire et les décideurs de la politique éducative : les praticiens pourront défendre les résultats obtenus auprès de leur hiérarchie et faire éventuellement un plaidoyer pour la prise en compte des recommandations et suggestions issues de la recherche.  


Version initiale du projet à confronter avec le rapport final

Projets de recherche

Motivation, démotivation et transmotivation chez les enseignant.e.s au Cameroun: tirer parti des histoires vie personnelles des différents profils et statuts connus

Au Cameroun, être enseignant.e revient à être soit fonctionnaire ; soit contractuel.le ; soit contractualisé.e ; soit permanent.e ou non permanent.e ; soit vacataire non fonctionnaire ; soit vacataire fonctionnaire ; soit maître/maîtresse des parents ; soit volontaire ou bénévole. Au même moment, à profil ou statut professionnel égal, le salaire, la sécurité sociale, le profil de carrière et la considération sociale varient d’un.e enseignant.e à un.e autre. Partant de ces constats, ce projet ambitionne de répondre à la question suivante : quels sont les mobiles d’engagement, de maintien et de départ de l’un et l’autre des différents profils et statuts d’enseignant.e. connus au Cameroun ? 

Entrée et maintien des enseignants/enseignantes dans le métier: entre discours et réalités. Une analyse des politiques d’accompagnement et pistes d’amélioration possibles

Au Burkina Faso, les besoins en enseignants sont substantiels. Ainsi, il se pose la question de leur entrée dans la formation et de leur maintien. Comment se fait l’entrée dans le métier d’enseignant ? Quels sont les dispositifs pour maintenir les enseignants dans la fonction enseignante afin de capitaliser leurs expériences et expertises ? En somme, cette recherche s’intéresse à l’attrition et à la rétention des enseignants, plus spécifiquement la question de l’engagement au travail. 

Carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire

Cette recherche porte sur l’étude des carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit de déterminer chez les enseignantes et les enseignants en début et en cours de carrière, des données en relation avec leur attachement au métier, leur mobilité, leurs projets professionnelles, leur efficacité pédagogique et leur stratégie face à l’échec scolaire et la pandémie du COVID 19.