Améliorer l’environnement de la transition école-collège en Subsaharienne : Cas du Cameroun, Tchad et Burkina Faso

Porteur de projet : Christian Marie ZAMO AKONO
Statut : En cours

La présente étude vise globalement à identifier et à examiner les mécanismes permettant de contribuer à une meilleure transition école-collège dans les pays d’Afrique Subsaharienne de manière générale et plus spécifiquement au Cameroun, au Tchad et au Burkina Faso). Le but est de proposer des recommandations de politiques éducatives susceptibles de faciliter le processus de la transition école-collège, en mettant un accent particulier sur celles susceptibles d’éliminer les disparités de genre.


Méthodologie

L’étude procèdera aux analyses empiriques des données provenant de différentes sources (primaire et secondaires, qualitatives et quantitatives) et collectées au Cameroun, Tchad et Burkina Faso. Elle comprendra trois principales étapes :

  • Description des systèmes éducatifs et revue des dispositifs de la transition école – collège
  • Exploitation des bases de données secondaires sur l’éducation
  • Collecte et analyse des données primaires (enquêtes qualitatives)

Activités prévues

Dans le cadre de cette étude, il s’agira notamment de retracer les expériences vécues par les élèves au sein du cycle primaire et dès leur sortie du cycle primaire pour le secondaire pour ensuite identifier les facteurs scolaires et extrascolaires qui agissent sur cette transition. Un accent sera mis sur l’explication des disparités de genre et de durée de la transition école – collège. D’après l’approche PASEC, une évaluation des acquis des élèves, en termes de résultats d’évaluation internationale sera effectuée en début et en fin d’année de CM2. Il sera également prévu de décrire les politiques éducatives des trois pays (Cameroun, Tchad et Burkina Faso) et identifier les possibilités de leur amélioration en s’inspirant des meilleures pratiques à travers le monde.


Résultats attendus

Cette étude aboutira à la production des informations sur la dynamique de transition des élèves filles et garçons du cycle primaire vers le cycle secondaire. L’étude envisage produire non seulement des travaux académiques, mais aussi des articles scientifiques qui seront soumis pour publication à des revues à comité de lecture internationalement reconnues, ainsi que des Policy briefs. Le premier axe/stratégie de dissémination et/ou de vulgarisation des résultats de cette étude concerne l’organisation d’un ensemble d’ateliers nationaux et internationaux. Le second axe de dissémination des résultats de cette étude a trait à la publication d’un ouvrage collectif sur la transition école – collège en Afrique subsaharienne en collaboration avec l’AUF et le programme APPRENDRE.


Version initiale du projet à confronter avec le rapport final

Projets de recherche

Représentations des langues nationales/français et leurs contacts chez les élèves/les enseignants et leur implication dans des apprentissages bilingues innovant au Bénin

L’objectif de la recherche est de mettre en lumière les représentations des élèves, des enseignants et également celles des parents, leurs sentiments réels (attirance ou réticence) à l’égard du français, des langues nationales et les implications de leurs représentations sur l’enseignement-apprentissage du français au Bénin dans l’optique de la proposition de nouvelles pratiques d’enseignement- apprentissage bilingues innovantes.

Projet de recherche sur les usages des programmes de géographie dans les collèges et lycées du Sénégal (PURGES)

L’étude s’inscrit dans le thème de l’analyse des usages des programmes d’études-curricula. Elle se propose d’étudier la manière dont les enseignants perçoivent et mettent en œuvre les programmes de géographie dans les lycées et collèges du Sénégal.

Qualité de l’enseignement des mathématiques dans l’éducation de base au NordKivu : du niveau de connaissances des apprenants aux pratiques didactiques

L’activation cognitive par des tâches complexes est l’une de nombreuses pratiques qui soutiennent le développement de la « literacy » mathématique et est efficace pour améliorer l’apprentissage des élèves à côté de la gestion efficace de la classe et du bon climat d’apprentissage (OCDE, 2015). Cette activation cognitive nécessite l’usage des méthodes actives et participatives (Miled, 2005 cité par Meziane, 2014).