Accrochage et décrochage scolaire lors de la transition primaire-secondaire au Bénin, au Gabon à Haïti et au Niger : une analyse des facteurs associés grâce à un modèle en pistes causales

L’objectif général de cette étude est d’analyser les facteurs familiaux, scolaires et individuels susceptibles d’apporter un éclairage sur la vulnérabilité de certains élèves lors de la transition primaire-secondaire.

De façon spécifique, il s’agira :

  1. d’identifier la façon dont ces différents facteurs s’articulent entre eux pour constituer un système explicatif du processus d’accrochage/décrochage scolaire ;
  2. de proposer des pistes d’amélioration de la situation en termes de rétention scolaire pendant la transition école primaire-secondaire.

Méthodologie

Dans le cadre de cette recherche transnationale, une approche quantitative est nécessaire pour, d’une part, mesurer les relations entre les facteurs, et d’autre part, évaluer leurs poids respectifs dans le décrochage et/ou à l’accrochage. Par ailleurs, une approche qualitative s’avère aussi importante pour donner la parole aux acteurs des systèmes éducatifs sur le thème de la recherche.


Résultats attendus

L’étude vise à obtenir des résultats contribuant éclairer et documenter les politiques éducatives dans les pays participants sur les déterminants de l’accrochage ou du décrochage pendant la transition primaire-secondaire en vue d’améliorer l’efficience des systèmes éducatifs.

De façon spécifique, il est attendu :

  1. que les différents facteurs s’articulant entre eux pour constituer un système explicatif du processus d’accrochage/décrochage scolaire soient identifiés ;
  • des pistes d’amélioration de la rétention scolaire pendant la transition école primaire-secondaire soient proposées.

Version initiale du projet à confronter avec le rapport final

Projets de recherche

Motivation, démotivation et transmotivation chez les enseignant.e.s au Cameroun: tirer parti des histoires vie personnelles des différents profils et statuts connus

Au Cameroun, être enseignant.e revient à être soit fonctionnaire ; soit contractuel.le ; soit contractualisé.e ; soit permanent.e ou non permanent.e ; soit vacataire non fonctionnaire ; soit vacataire fonctionnaire ; soit maître/maîtresse des parents ; soit volontaire ou bénévole. Au même moment, à profil ou statut professionnel égal, le salaire, la sécurité sociale, le profil de carrière et la considération sociale varient d’un.e enseignant.e à un.e autre. Partant de ces constats, ce projet ambitionne de répondre à la question suivante : quels sont les mobiles d’engagement, de maintien et de départ de l’un et l’autre des différents profils et statuts d’enseignant.e. connus au Cameroun ? 

Entrée et maintien des enseignants/enseignantes dans le métier: entre discours et réalités. Une analyse des politiques d’accompagnement et pistes d’amélioration possibles

Au Burkina Faso, les besoins en enseignants sont substantiels. Ainsi, il se pose la question de leur entrée dans la formation et de leur maintien. Comment se fait l’entrée dans le métier d’enseignant ? Quels sont les dispositifs pour maintenir les enseignants dans la fonction enseignante afin de capitaliser leurs expériences et expertises ? En somme, cette recherche s’intéresse à l’attrition et à la rétention des enseignants, plus spécifiquement la question de l’engagement au travail. 

Carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire

Cette recherche porte sur l’étude des carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit de déterminer chez les enseignantes et les enseignants en début et en cours de carrière, des données en relation avec leur attachement au métier, leur mobilité, leurs projets professionnelles, leur efficacité pédagogique et leur stratégie face à l’échec scolaire et la pandémie du COVID 19.