Vers une nouvelle formation professionnalisante des enseignants stagiaires en quête de l’amélioration de la qualité de l’enseignement offert dans les écoles marocaines

Porteur de projet : Khadija El hariri
Établissement(s) partenaire(s) : Université Cadi Ayyad
Statut : Non démarré

Cette recherche étudie les dispositifs de formation des enseignants au Maroc et s’intéresse de façon plus particulière au problème de la professionnalisation des enseignants stagiaires. Présentement, des contraintes et des dysfonctionnements affectent la professionnalisation du métier, que ce soit au niveau du développement des compétences professionnelles, de l’arrimage entre la théorie et la pratique ou de l’insertion professionnelle des stagiaires. 

Cette recherche descriptive a pour ambition d’identifier les compétences à développer en priorité pour améliorer l’entrée au métier des futurs enseignants et d’explorer les processus actuels d’accompagnement des enseignants stagiaires pour mieux cerner les défis que rencontrent les différents intervenants et les appuyer dans leurs tâches respectives.  

Cinq objectifs guideront cette recherche :

1) Identifier les compétences de la profession enseignante à développer chez les futurs enseignants ;

2) Préciser les soft-skills recherchées dans le profil des candidats à l’entrée aux CRMEF ;

3) Identifier les soft-skills développées par les enseignants stagiaires au cours de leurs dernières années de formation ;

4) Déterminer les rôles, les responsabilités de chacun des intervenants (superviseurs de stage, enseignants associés et stagiaires) dans le processus d’accompagnement des enseignants stagiaires dans les établissements scolaires et

5) Repenser l’arrimage entre les trois espaces de professionnalisation pour l’exercice du métier (formation initiale à l’université, formation qualifiante au CRMEF et accompagnement dans les établissements scolaires).  


Méthodologie

Pour atteindre ces objectifs, la participation des personnes impliquées dans les trois espaces de professionnalisation sera sollicitée. La participation des futurs enseignants impliqués dans cette formation sera également requise. Différents outils de collecte (questionnaires, ateliers, vidéos participatives, grilles d’observation, discussions en groupe et journal de bord) seront utilisés pour constituer les données, et ce, en fonction des objectifs de recherche préalablement identifiés et des activités qui y sont associées. Pour analyser les données recueillies, nous allons utiliser les démarches proposées par Thomas (2006)(1) et allons privilégier une approche de type « analyse de contenu ». Les résultats permettront de caractériser le développement des compétences professionnelles chez les futurs enseignants, de décrire les dispositifs actuels de formation à l’enseignement et d’explorer l’articulation entre les trois espaces de professionnalisation. Somme toute, les résultats de cette recherche permettront de mieux cerner les leviers sur lesquels on peut agir pour améliorer l’adéquation entre la formation initiale, la qualification des enseignants et l’exercice réel de leur profession, ce qui facilitera l’entrée dans le métier et ultimement, contribuera à améliorer l’enseignement offert aux élèves marocains.  

(1) Thomas, D.R. (2006). A general inductive approach for analyzing qualitative evaluation data. American Journal of Evaluation, 27(2), 237-246. 


Résultats attendus

Parmi les retombées envisageables, il sera possible de mettre en place des formations-actions qui s’adressent aux acteurs impliqués dans les trois espaces de professionnalisation, et ce, afin de partager les leviers qui ont été identifiés et de coordonner les efforts à déployer pour améliorer la qualité de la formation des enseignants marocains. Ce sera également l’occasion d’outiller les acteurs en leur proposant des ressources qui ont été élaborées à partir des résultats de cette recherche et qui prennent en compte la réalité des milieux de pratique. 


Version initiale du projet à confronter avec le rapport final

Projets de recherche

Motivation, démotivation et transmotivation chez les enseignant.e.s au Cameroun: tirer parti des histoires vie personnelles des différents profils et statuts connus

Au Cameroun, être enseignant.e revient à être soit fonctionnaire ; soit contractuel.le ; soit contractualisé.e ; soit permanent.e ou non permanent.e ; soit vacataire non fonctionnaire ; soit vacataire fonctionnaire ; soit maître/maîtresse des parents ; soit volontaire ou bénévole. Au même moment, à profil ou statut professionnel égal, le salaire, la sécurité sociale, le profil de carrière et la considération sociale varient d’un.e enseignant.e à un.e autre. Partant de ces constats, ce projet ambitionne de répondre à la question suivante : quels sont les mobiles d’engagement, de maintien et de départ de l’un et l’autre des différents profils et statuts d’enseignant.e. connus au Cameroun ? 

Entrée et maintien des enseignants/enseignantes dans le métier: entre discours et réalités. Une analyse des politiques d’accompagnement et pistes d’amélioration possibles

Au Burkina Faso, les besoins en enseignants sont substantiels. Ainsi, il se pose la question de leur entrée dans la formation et de leur maintien. Comment se fait l’entrée dans le métier d’enseignant ? Quels sont les dispositifs pour maintenir les enseignants dans la fonction enseignante afin de capitaliser leurs expériences et expertises ? En somme, cette recherche s’intéresse à l’attrition et à la rétention des enseignants, plus spécifiquement la question de l’engagement au travail. 

Carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire

Cette recherche porte sur l’étude des carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit de déterminer chez les enseignantes et les enseignants en début et en cours de carrière, des données en relation avec leur attachement au métier, leur mobilité, leurs projets professionnelles, leur efficacité pédagogique et leur stratégie face à l’échec scolaire et la pandémie du COVID 19.