De la formation initiale au dispositif de maintien/attrition des enseignant.e.s au Rwanda : enjeux et perspectives

Porteur de projet : Beatrice Yanzigiye
Établissement(s) partenaire(s) : Université du Rwanda
Statut : Non démarré

Ce projet vise à accompagner le processus de renforcement des aptitudes pédagogiques, des pratiques enseignantes, d’innovation de canaux de motivation enseignant(e)s/élèves. Il vise également à documenter d’une part, la formation initiale des enseignants au Rwanda et d’autre part, il sera question des conditions de leur recrutement ainsi que de leur maintien dans la carrière enseignante. Le projet contribuera à la recherche de solutions durables aux défis pointés du doigt dans les rapports et recherches du Ministère de l’Education et de ses différents partenaires en matière d’éducation au Rwanda. L’étude permettra enfin d’alimenter le prochain plan sectoriel (2024-2028) d’autant plus que les membres de l’équipe sont parties prenantes du processus de formation initiale et continue des enseignants. 

La problématique s’articule autour de 5 thématiques :

i) recrutement du personnel enseignant ;

ii) formation initiale et continue ;

iii) maintien dans le métier d’enseignant ;

iv) besoin des enseignants ;

v) approches : équité et parité dans le métier d’enseignant. 


Méthodologie

Pour collecter les données,  ce projet se servira des techniques quantitatives et qualitatives. De manière complémentaire, les types de recherche-action déterminé par Cros (2002 : 233) seront utilisés.  Les outils et instruments d’enquête composés de questionnaires, d’entretiens et d’observations seront administrés en fonction des étapes d’enquête. 

L’échantillon  est constitué de populations locales : 50% de femmes et 50 % d’hommes si possible (marge d’erreur de 5%). À chaque point, seront retenues les personnes de la majorité (30%), les personnes de la minorité (30%), les handicapés visibles (20%) ainsi que les personnes atteintes de maladies incurables des milieux ruraux et urbains (20%). Ces variables seront introduites dès l’identification du répondant.  

Grâce à la recherche documentaire,  seront inventoriés la bibliographie et les travaux préparatoires au recensement des modèles, des TDR, des curricula et programmes de formation avec des sous-thèmes qui font écho à la sexospécificité, à l’éducation inclusive et au respect des parties prenantes. 

Le dépouillement séparera les données en fonction de ces variables sexospécifiques et inclusives afin de pouvoir produire des analyses croisées et des résultats qui considéreront la formation initiale, le recrutement et le maintien dans le métier. La parité homme-femme, rural vs urbain et autres paires de variables sera respectée dans la collecte des données afin de s’assurer des retombées sur toutes les couches sociales.  


Résultats attendus

Les résultats de cette recherche seront classés relativement aux problèmes posés au départ : répondre aux besoins liés au recrutement du personnel enseignant, à la formation initiale et continue, au maintien dans le métier et aux besoins des enseignants. Le projet sera couronné par la publication de 2 articles dans des revues internationales et par l’organisation d’un colloque sur l’éducation en contexte multilingue francophone. 


Version initiale du projet à confronter avec le rapport final

Projets de recherche

Motivation, démotivation et transmotivation chez les enseignant.e.s au Cameroun: tirer parti des histoires vie personnelles des différents profils et statuts connus

Au Cameroun, être enseignant.e revient à être soit fonctionnaire ; soit contractuel.le ; soit contractualisé.e ; soit permanent.e ou non permanent.e ; soit vacataire non fonctionnaire ; soit vacataire fonctionnaire ; soit maître/maîtresse des parents ; soit volontaire ou bénévole. Au même moment, à profil ou statut professionnel égal, le salaire, la sécurité sociale, le profil de carrière et la considération sociale varient d’un.e enseignant.e à un.e autre. Partant de ces constats, ce projet ambitionne de répondre à la question suivante : quels sont les mobiles d’engagement, de maintien et de départ de l’un et l’autre des différents profils et statuts d’enseignant.e. connus au Cameroun ? 

Entrée et maintien des enseignants/enseignantes dans le métier: entre discours et réalités. Une analyse des politiques d’accompagnement et pistes d’amélioration possibles

Au Burkina Faso, les besoins en enseignants sont substantiels. Ainsi, il se pose la question de leur entrée dans la formation et de leur maintien. Comment se fait l’entrée dans le métier d’enseignant ? Quels sont les dispositifs pour maintenir les enseignants dans la fonction enseignante afin de capitaliser leurs expériences et expertises ? En somme, cette recherche s’intéresse à l’attrition et à la rétention des enseignants, plus spécifiquement la question de l’engagement au travail. 

Carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire

Cette recherche porte sur l’étude des carrières professionnelles des enseignants du cycle primaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit de déterminer chez les enseignantes et les enseignants en début et en cours de carrière, des données en relation avec leur attachement au métier, leur mobilité, leurs projets professionnelles, leur efficacité pédagogique et leur stratégie face à l’échec scolaire et la pandémie du COVID 19.