Scolarisation en temps de pandémie du Covid-19 : défis de l’utilisation des TIC au Burkina Faso

Burkina Faso Rapports et documents de recherche Formateur Chef d'établissement Enseignant Élève-Enseignant Inspecteur Apprenant Conseiller pédagogique technologie numérique primaire Collège - Lycée Formation hybride TICE Sciences de l'éducation et de la formation

L’éducation de qualité pour tous est un objectif auquel les États ont souscrit à Incheon en 2015. Aspirant à atteindre cet objectif, les gouvernants ont été freinés dans leurs élans par la survenue de la pandémie de la maladie à coronavirus (Covid) au cours du dernier trimestre de l’année 2019. La pandémie de Covid-19 a bouleversé le monde et les pratiques éducatives. Tandis que l’utilisation des technologies de l’information et de la communication a été un passage obligé dans la plupart des pays développés, en Afrique, la fermeture des écoles a obligé l’arrêt de la scolarisation et la formation technique professionnelle de beaucoup d’apprenants. Le présent article étudie le cas spécifique du Burkina Faso. Il pose la problématique de l’accessibilité aux outils TICE par les apprenants, pour une continuité des apprentissages en temps de confinement. L’objectif principal est de contribuer à éclairer la communauté scientifique et les parties prenantes de l’éducation sur les défis didactiques de l’utilisation des outils numériques en temps de pandémie. À la fois quantitative et qualitative, l’étude se réfère au socioconstructivisme et à l’approche théorique de l’apprentissage situé (ou contextualisé) selon Tardif (1998). Un accent particulier est mis sur le processus de l’utilisation didactique des outils numériques. Les principaux résultats révèlent qu’une petite partie des apprenants ont accès aux outils élaborés et mis à leur disposition. La majorité des parents qui sont chargés du suivi à domicile de leurs enfants sont illettrés et dans l’incapacité de suppléer les enseignants dans l’encadrement de leurs enfants. Parmi les propositions faites en vue d’améliorer la qualité de l’éducation, il y a la facilitation de l’acquisition de documents imprimés pour les apprenants qui n’ont pas accès aux documents numériques et un meilleur investissement dans l’éducation numérique. L’étude suggère de même la réduction de la fracture numérique pourrait s’opérée grâce à des tablettes éducatives non connectées aux réseaux de téléphonie ou à l’Internet.

Auteur : Congo, Aoua Carole

Ressources