E-learning, le contraste entre échec et réussite: cas de deux établissements de l’Université de Dakar

Sénégal Rapports et documents de recherche Apprenant Conseiller pédagogique Formateur Chef d'établissement Enseignant Élève-Enseignant Inspecteur technologie numérique Enseignement supérieur Sciences de l'éducation et de la formation Formation à distance TICE

Dans cet article, nous nous intéressons en général au déploiement en cours des Technologies de l’Information et de la Communication dans l’enseignement supérieur (TICE) au Sénégal, et en particulier à la formation à distance à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Il s’agira d’interroger les dispositifs de formation ouverte et à distance (DFOAD), mis en place dans deux établissements d’enseignement supérieur de l’UCAD, à savoir la plateforme FADIS (formation à distance) de l’École de Bibliothécaires, Archiviste et Documentalistes (EBAD), ouvert depuis le début des années 2000 grâce à l’appui de la coopération française, et les expériences balbutiantes de FOAD en cours à l’École Supérieur de Polytechnique de Dakar (ESP). Après avoir interrogé dans un premier temps la pertinence ou non des notions de succès et d’échec à propos des expériences de formation à distance, nous cherchons à identifier les enjeux réels et les dimensions évaluatives de pérennisation d’un dispositif mixte d’ e-formation, en se demandant enfin, lesquels des facteurs sociaux, organisationnels et humains ou de la disponibilité des équipements et des infrastructures technologiques, contribuent au succès ou à l’échec d’un tel projet. Ainsi, empruntant le cadre d’analyse des dispositifs hybrides de formation proposé par Charlier, Deschryver et Peraya (2006) ainsi que la théorique de la division du travail, issue des travaux portant sur l’industrialisation de la formation, nous en avons retenus trois indicateurs importants : ces dispositifs incluent une part de présentiel et de distance, reposent essentiellement sur une plateforme numérique de formation, et nécessitent une division ou une répartition des tâches dans le management et la gestion du projet de formation à distance. Les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus montrent qu’outre la disponibilité des infrastructures informatiques, d’autres dimensions sont à prendre en compte dans la mise en œuvre d’une e-formation dans les pays du SUD : le travail avec des partenaires, la distribution des tâches et rôles entre différents acteurs et spécialistes, la formation et la motivation financière des enseignants.

Auteur : Diop, Mohamed Lat

Ressources